Posted:
Niveau webmasters : tous.


Les internautes rencontrent fréquemment des sites Web dont la technologie de navigation est incompatible avec leur appareil ou leur configuration. Lorsqu'ils accèdent à ce type de page, il se peut qu'ils ne voient qu'un espace vide ou une petite partie du contenu de la page.

À partir d'aujourd'hui, lorsque nos algorithmes détecteront des pages potentiellement incompatibles avec leur appareil, nous l'indiquerons aux internautes francophones (cette fonction est déjà activée pour les résultats en anglais depuis quelques mois). Par exemple, les appareils iOS ou Android 4.1 et versions ultérieures n'étant pas compatibles avec Adobe Flash, une page dont la majorité du contenu utiliserait cette technologie pourrait être signalée comme suit dans les pages de résultats :




Développer des sites Web compatibles avec plusieurs appareils

Heureusement, il est relativement simple de concevoir des sites Web compatibles avec tous les appareils récents. En effet, les sites peuvent utiliser le langage HTML5, puisqu'il est accepté de manière universelle, et parfois exclusive, par tous les appareils. Afin d'aider les webmasters à concevoir des sites Web compatibles avec tous les types d'appareils quel que soit le contenu qu'ils souhaitent diffuser, nous avons récemment annoncé la mise à disposition de deux nouvelles ressources :

  • Web Fundamentals (Principes de base du Web) : une source structurée de bonnes pratiques récentes.
  • Web Starter Kit (Kit de lancement sur le Web) : un cadre pour ceux qui entament leur projet de site compatible avec les bonnes pratiques présentées dans les principes de base du Web.

En suivant les bonnes pratiques décrites dans les principes de base du Web, vous pouvez concevoir un site Responsive Web Design, ce qui fait depuis longtemps partie de nos recommandations pour créer des sites qui facilitent les recherches.Veillez à ne pas bloquer l'accès de Googlebot aux éléments de page (CSS, JavaScript et les images) en utilisant un fichier robots.txt ou autre. L'accès total à ces fichiers externes permet à nos algorithmes de détecter la configuration Responsive Web Design de votre site et de la traiter en conséquence. Vous pouvez utiliser la fonctionnalité Explorer et afficher comme Google dans les outils pour les webmasters pour tester la manière dont votre site est vu par nos algorithmes d'indexation.

Comme toujours, si vous avez besoin d'assistance, n'hésitez pas à poser vos questions sur notre Forum d'aide pour les webmasters.

Publié par Keita Oda, Software Engineer, et Pierre Far, Webmaster Trends Analyst

Posted:
Nous avons récemment annoncé que notre système d'indexation permettait désormais d'afficher les pages Web davantage telles qu'elles apparaîtraient dans un navigateur standard, avec les ressources CSS et JavaScript activées. Suite à cette annonce, nous mettons à jour l'une de nos consignes techniques aux webmasters.

Pour optimiser l'affichage et l'indexation de vos pages et de votre site, vous devez désormais autoriser l'accès de Googlebot aux fichiers JavaScript, CSS et image que vous utilisez. Le blocage de l'exploration des fichiers JavaScript ou CSS dans le fichier robots.txt de votre site nuit directement à la qualité de l'affichage et de l'indexation de votre contenu par nos algorithmes. Cela peut avoir un impact négatif sur le classement de votre site.

Conseils à jour pour une indexation optimisée

Auparavant, nos systèmes d'indexation ressemblaient aux anciens navigateurs en texte seul, tels que Lynx, et c'est ce qui figurait dans nos consignes aux webmasters. À présent, étant donné que l'indexation est basée sur le rendu des pages, nos systèmes d'indexation ne peuvent plus être considérés comme un navigateur en texte seul. Il serait plus juste de les comparer à un navigateur Web moderne. Dans cette nouvelle perspective, gardez à l'esprit ce qui suit :
  • À l'instar des navigateurs modernes, il est possible que notre moteur de rendu ne soit pas compatible avec toutes les technologies utilisées sur vos pages. Assurez-vous que votre conception Web respecte les principes de l'amélioration progressive, car cela permet à nos systèmes (et à un plus grand nombre de navigateurs) de détecter le contenu utilisable et les fonctionnalités de base lorsque certains éléments de la conception Web ne sont pas encore compatibles.
  • Si vos pages s'affichent plus rapidement, non seulement les internautes peuvent accéder plus facilement à votre contenu, mais elles peuvent également être indexées de manière plus efficace. Nous vous recommandons de suivre les bonnes pratiques d'optimisation des performances des pages, et en particulier les suivantes :
  • Assurez-vous que votre serveur peut gérer des charges supplémentaires afin d'afficher les fichiers JavaScript et CSS pour Googlebot.

Test et résolution des problèmes

Parallèlement au lancement de notre système d'indexation basé sur le rendu des pages, nous avons également mis à jour la fonctionnalité Explorer et afficher comme Google des outils pour les webmasters afin que les webmasters puissent savoir comment leurs pages s'affichent dans nos systèmes. Grâce à cela, vous pourrez identifier un certain nombre de problèmes relatifs à l'indexation, comme des restrictions inappropriées du fichier robots.txt ou des redirections qui ne peuvent être suivies par Googlebot.
Comme d'habitude, si vous avez des commentaires ou des questions, n'hésitez pas à nous en faire part sur notre Forum d'aide pour les webmasters.
Publié par Pierre Far, Webmaster Trends Analyst

Posted:
Niveau webmaster : avancé

Durant l'été, l'équipe des outils pour les webmasters a préparé une mise à jour de l'API Webmaster Tools. Cette nouvelle API est cohérente avec les autres API Google, elle facilite l'authentification pour les applications et les services Web, et elle permet d'accéder à certaines des principales fonctionnalités des outils pour les webmasters.
Si vous avez déjà utilisé des API Google, vous n'aurez aucun mal à vous servir de l'API Webmaster Tools. Voici quelques exemples pour Python, Java, ainsi que pour OACurl (pour les fans des lignes de commande).

Cette API vous permet :
  • de répertorier, d'ajouter ou de supprimer des sites de votre compte (actuellement, celui-ci peut en contenir jusqu'à 500) ;
  • de répertorier, d'ajouter ou de supprimer des sitemaps pour vos sites Web ;
  • d'obtenir le nombre d'avertissements, d'erreurs et d'indexations pour des sitemaps individuels ;
  • d'obtenir une série chronologique de tous les types d'erreurs d'exploration sur votre site ;
  • de répertorier des exemples d'erreurs d'exploration pour des types d'erreurs spécifiques ;
  • de marquer les erreurs d'exploration individuelles comme étant "corrigées" (cela ne change pas la manière dont elles sont traitées, mais peut permettre de simplifier l'interface utilisateur pour vous).
Nous serions ravis de voir ce que vous concevez avec nos API. N'hésitez pas à insérer un lien vers vos projets dans les commentaires ci-dessous. Si vous avez des questions sur l'utilisation de l'API, vous pouvez également publier un message sur notre forum d'aide.


Publié par John Mueller, fan des longues lignes de code, Google Zurich



Posted:
Niveau : débutant.



Aujourd'hui, nous lançons la nouvelle Webmaster Academy en 22 langues, dont le français ! Désormais, si vous êtes un webmaster débutant, vous pouvez acquérir les principes de base pour concevoir un site de qualité, offrir une expérience utilisateur agréable et figurer en bonne position dans les résultats de recherche, le tout dans la langue de Molière. Si vous pensez déjà bien connaître ces sujets, prouvez-le en répondant aux questionnaires qui figurent à la fin de chaque module :)

Consultez la Webmaster Academy dans votre langue de préférence, et dites-nous ce que vous en pensez dans les commentaires ou sur le Forum d'aide. Après le lancement de la version anglaise en mars dernier, nous avons reçu des avis extrêmement pertinents, et nous espérons que ce guide simple et accessible sera utile à tous.

Alors qu'attendez-vous pour créer du contenu de qualité et nous montrer vos talents de webmaster ?


Ecrit par Mary Chen, Webmaster Outreach

Posted:
Niveau webmaster : tous

Aujourd'hui, vous allez découvrir un nouveau champ de recherche associé aux liens sitelink. Lorsqu'il s'affiche, il permet aux internautes d'accéder plus facilement à un contenu spécifique sur votre site, directement via vos propres pages de recherche sur site.

En quoi consiste ce champ de recherche et à quel moment s'affiche-t-il pour mon site ?

Lorsque les internautes recherchent une entreprise par son nom, comme [Dinoco] ou [Dunder Mifflin], ils recherchent peut-être une information spécifique sur le site en question. Auparavant, lorsque ce type de recherche était identifié par nos algorithmes, ces derniers affichaient un plus grand nombre de liens sitelink, ainsi qu'un champ de recherche supplémentaire sous le résultat. Ceci permettait aux internautes d'effectuer des recherches sur le site à l'aide de l'opérateur site:, directement depuis les résultats (par exemple, [site:example.com stations-service dinoco]).

Ce champ de recherche est désormais plus visible (au-dessus des liens sitelink), il accepte la saisie semi-automatique et, si vous utilisez le bon balisage, il renvoie directement les internautes vers vos propres pages de recherche sur site.


  


Comment baliser mon site ?

Vous devez disposer d'un moteur de recherche spécifique à votre site qui doit être fonctionnel. Si c'est déjà le cas, vous pouvez nous le signaler en balisant votre page d'accueil comme une entité schema.org/WebSite avec la propriété potentialAction du balisage schema.org/SearchAction. Pour cela, vous pouvez utiliser un format de balisage JSON LD, microdonnées ou RDFa. Consultez tous les détails de cette mise en œuvre sur notre site pour les développeurs.

Si vous balisez votre site, les internautes auront la possibilité de passer directement du champ de recherche associé aux liens sitelink à la page des résultats de recherche sur votre site. Si nous ne détectons aucun balisage, nous leur présenterons une page de résultats de recherche Google correspondant à la requête effectuée avec l'opérateur site:, comme c'était le cas jusqu'à présent.

Comme d'habitude, si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser sur notre Forum d'aide pour les webmasters.

Publié par Mariya Moeva, Webmaster Trends Analyst

Posted:
Niveau webmaster : avancé



Tout le monde souhaite utiliser moins de bande passante : les propriétaires de sites Web veulent réduire le montant de leurs factures, les mobinautes cherchent à ne pas dépasser leur limite d'utilisation de données, et personne n'a envie d'attendre le chargement d'octets inutiles. Sur le Web, les occasions d'économiser de la bande passante ne manquent pas : pages diffusées avec gzip, feuilles de style et code JavaScript minimisés, et images optimisées, pour ne citer que quelques exemples.
Alors pourquoi le Web n'est-il pas déjà optimisé pour réduire la quantité de bande passante utilisée ? Si ces économies sont bénéfiques pour tous, pourquoi ce problème n'a-t-il pas encore été réglé ? Principalement parce que ces changements sont trop compliqués. Les concepteurs Web sont encouragés à utiliser la commande "Save for Web" ("enregistrer pour le Web") lorsqu'ils exportent leurs créations, mais ils oublient parfois cette recommandation.  Les programmeurs JavaScript n'aiment pas travailler avec du code réduit, car cela rend les débogages plus difficiles. Vous pouvez mettre en place un pipeline personnalisé qui garantit que chacune de ces méthodes d'optimisation est systématiquement appliquée à votre site dans le cadre de votre processus de développement ou de déploiement, mais cela représente une charge de travail considérable.
L'utilisation d'un proxy d'optimisation, comme celui de Chrome, est une solution simple pour les internautes. Lorsqu'ils choisissent ce service, leur trafic HTTP passe par notre proxy, ce qui optimise le chargement de leurs pages et réduit de 50 % la quantité de bande passante utilisée.  Cependant, même s'il s'agit d'une bonne solution pour ces internautes, elle se limite aux utilisateurs de Chrome qui activent cette fonctionnalité et elle ne permet pas d'optimiser le trafic HTTPS.
Avec la fonctionnalité Optimiser pour la bande passante, l'équipe PageSpeed apporte cette technologie aux webmasters afin que chacun puisse en bénéficier : les internautes qui utilisent d'autres navigateurs, les sites sécurisés, les utilisateurs d'ordinateurs et les propriétaires de sites qui veulent réduire le montant de leurs factures pour le trafic sortant. Il vous suffit d'installer le module PageSpeed sur votre serveur Apache ou Nginx [1], d'activer la fonctionnalité "Optimiser pour la bande passante" dans votre configuration, et PageSpeed se chargera du reste.
Si vous décidez par la suite d'utiliser les fonctionnalités d'optimisation plus avancées de PageSpeed, de l'extension de cache et de l'intégration, aux méthodes plus agressives comme le report du chargement d'images et l'exécution différée de JavaScript, il vous suffit de les activer dans la configuration de PageSpeed.
Publié par Jeff Kaufman, Make the Web Fast

[1] Si vous utilisez un autre serveur Web, nous vous conseillons d'exécuter PageSpeed sur un proxy Apache ou Nginx.  Toutes ces solutions sont Open Source, avec des efforts de portage en cours pour IISATS entres autres.

Posted:
Il y a quelques semaines, nous avons lancé sur les réseaux sociaux une campagne d'une semaine appelée #NoHacked. La campagne #NoHacked avait plusieurs objectifs : mettre en garde les utilisateurs contre les attaques des pirates informatiques et leur offrir des conseils pour protéger leur site contre ces derniers.

Nous avons diffusé la campagne en 11 langues différentes sur plusieurs réseaux sociaux, y compris Google+, Twitter et Weibo. Environ un million de personnes ont vu nos conseils, et des centaines d'internautes ont utilisé le hashtag #NoHacked pour sensibiliser le public et partager leurs propres conseils. Vous pouvez les consulter ci-dessous.




Retrouvez la suite des messages que nous avons partagés sur Google+.

Quelques-uns des nombreux conseils partagés par les internautes du monde entier :


  • Pablo Silvio Esquivel, du Brésil, recommande aux internautes de ne pas utiliser de logiciels piratés (source).
  • Rens Blom, des Pays-Bas, suggère d'utiliser différents mots de passe pour vos comptes, de les changer régulièrement, et d'ajouter un niveau de sécurité tel que l'authentification en deux étapes (source).
  • Дмитрий Комягин, de Russie, invite à contrôler régulièrement les sources de trafic, les requêtes de recherche, ainsi que les pages de destination, et à surveiller les pics de trafic (source).
  • 工務店コンサルタント, du Japon, conseille à tous les utilisateurs de choisir un hébergeur fiable qui connaît bien les problèmes de piratage, et de configurer le transfert d'e-mails dans les outils pour les webmasters (source).
  • Kamil Guzdek préconise de remplacer le préfixe par défaut du tableau de wp-config par un préfixe personnalisé lors de l'installation d'un nouveau WordPress, afin de diminuer le risque de piratage de la base de données (source).


Le piratage est encore un problème étonnamment fréquent dans le monde entier, c'est pourquoi nous encourageons tous les webmasters à suivre ces conseils utiles. N'hésitez pas à continuer d'utiliser le hashtag #NoHacked pour partager vos propres conseils ou expériences en matière de prévention du piratage et de sensibilisation au problème. Merci de soutenir la campagne #NoHacked !

Et si par malheur votre site était piraté, nous pouvons vous aider à régler le problème rapidement dans son intégralité :

Suivre les étapes du processus de nettoyage
Publier une question ou rechercher des réponses sur notre forum d'aide


Publié par l'équipe #NoHacked